AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
UN NOUVEAU PROJET DANS LA BAYOU SE CONSTRUIT PAR ICI

Partagez | 
 

 Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


pseudo : Fanny - PetitePuce♥
messages : 80
avatar : Kristen Stewart
crédits : AVATAR: blueberry. ♣ GIFS: tumblr.
ville : Lucieville darling


MessageSujet: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    Dim 18 Nov - 20:32

    Un Homme peut se résoudre à l'idée de perdre sa vie, mais pas à l'absence de ceux qu'il aime.


Réglée comme une horloge, Zippora-Heaven était levée à sept heures tapante, comme chaque matin. Elle était le style de personne à s'endormir tard, mais à se lever tôt, n'ayant pas de sommeil calme et serein. Depuis son adolescence, les nuits de la jeune femme était perturbées par des cauchemars incessants, des pensées qui lui revenaient comme un boomerang en pleine face ! Il y a six ans de cela, elle avait perdu sa maman, son roc, la femme qui lui avait donné la vie et qui avait toujours été présente pour elle... La perdre fut comme si elle avait perdue une partie d'elle-même, une partie disparue à jamais ! Un an et demi plus tôt, ce fut autours de son paternel. Elle fut certes peinée, mais beaucoup moins que pour sa mère. Elle n'avait presque plus parlée avec son géniteur depuis la mort de sa mère et avait presque rompu tout contact depuis ses dix-huit ans, année où elle avait décidé de ne pas poursuivre des études Universitaire, mais de commencer à bosser. 'Garagiste' n'était pas vraiment dans les projets du père O'Hara, mais il espéra un moment que sa fille déciderait alors de se marier et d’avoir des enfants. Sauf que, les seuls enfants de la jeune femme étaient ses cinq chiens, sauvé in extremis de l'euthanasie ! Et elle les aimait bien au delà de toute raison, ne comptant donc pas s'encombrer d'un gamin. Puis, les enfants et Zippora, ce n'était guère le grand amour ! Ils avaient peur d'elle, alors que de son côté elle les trouvait épouvantable, fatiguant et surtout... sans aucun intérêt ! Le premier réflexe de la jeune femme, fut comme chaque matin de passer dans la douche, se réveiller pour de bon sous un jet d'eau froide, avant de se doucher, enfiler les premiers fringues lui tombant sous la main -la mode et elle aussi, ça faisait deux!- et d'aller mettre en marche le café. Un jeans déchiré, un top noir moulant et des converses aux pieds, Zippora alla se mettre un fin trait de crayon sous les yeux, seul marque de maquillage (et de féminité!) qu'on pouvait voir sur la jeune garçon manqué. Une demi-heure plus tard, elle était sur le pas de sa porte, criant après ses chiens, préparant la gamelle de chacun et les déposant une à une sur le sol de la cuisine. Endroit assez spacieux, les O'Hara avaient acheter cette maison peu avant la grossesse de Madame, quelques semaines seulement après leur mariage, ils avaient alors dix-neuf ans. Durant deux ans et demi, durant le laps de temps entre sa majorité et la mort de son père, Zippora n'avait plus vécue dans la ferme familiale, elle était partie s'installer dans un petit appartement miteux de deux pièces. Le confort était précaire, l'électricité faisait des siennes et l'eau chaude était souvent absente, mais Zippora y était quand même bien. Ce fut d'ailleurs à cette époque-là, alors qu'elle avait quitté la maison familiale depuis seulement quelques semaines et bossait depuis le même laps de temps dans le garage pour lequel elle était toujours engagée, qu'elle avait eu son premier chien. Heaven (oui, elle l'avait appelée par son second prénom!) était une petite bichon de dix ans, abandonnée depuis peu et dans un sale état. Zippora était directement tombée amoureuse de cette petite chose fragile et l'avait adoptée, sans demandé le consentement de son propriétaire ! Depuis, les deux étaient inséparables, la petite venant souvent au garage avec sa maîtresse, encore aujourd'hui.
Une fois les cinq chiens ayant le ventre bien rempli, la jeune femme reprit les gamelles et les nettoya une à une, avant de prendre son portable et d'envoyer un sms à Terence. Terence Budd était le fils de son employeur, ils avaient quasiment le même âge et étaient très proche. En se faisant engager par Budd père, Zippora avait trouvée en eux une seconde famille, une famille dont elle avait été privée dès ses seize ans. Elle avait aussi trouvée du réconfort et de l'aide auprès de chacun des membres et rapidement, Zippora et Terence étaient devenu très proche. Il était un peu comme le frère qu'elle n'avait jamais eu, quant à lui, il la voyait plus comme son frangin, que comme une sœur de substitution ! Mais, ça ne dérangeait en rien la jeune femme, qui riait de ses surnoms au garage, Monsieur Budd l'appelant 'fils' comme un second enfant, qu'il couvait et gardait à l’œil. Il n'était d'ailleurs pas rare qu'ils aient la jeune O'Hara chez eux, pour souper, une à plusieurs fois dans la semaine. La maison des Budd était comme un second domicile, même si la demoiselle revenait toujours pour ses « enfants sur pattes » comme elle les appelait tous les cinq. Encore un point commun avec son ami, qui avait lui aussi un chien, dont il raffolait ! L'amour des animaux était sans conteste un autre plus dans leur relation. La jeune femme se rappelait encore de la première fois où son meilleur ami avait rencontré Terence, voyant cette amitié d'un mauvais œil, sans doute de peur de se faire exclure de la vie de la jeune femme, chose qui n'arriva jamais d'ailleurs !
« Tu es sûre que se sont des gens de confiance ? » « Bien sûre que oui ! Je sais que tu t'inquiètes pour moi, mais il n'y a aucune raison à cela. » puis, après un cours silence lors duquel il se rembruni légèrement, Zippora le pris par le bras, lui chuchotant « toute façon, personne ne t'arrive à la cheville et puis, les souvenirs restent. Notre relation ne changera en rien, juste parce que j'ai trouvé de nouveaux amis » et sur ces bonnes paroles, il avait fait demi tour, non sans jeter un regard sceptique par-dessus son épaule. Il fallut plusieurs semaines lors desquelles elle avait cajolée et chouchoutée son ami, pour que celui-ci cesse de faire la tête quand à sa relation avec Terence Budd, comprenant rapidement qu'il n'y avait qu'une sorte de relation 'fraternel' entre eux deux. Cependant le « j't'ai à l’œil » revenait sans cesse aux oreilles de la concernée, pour son plus grand agacement, même si elle n'y répondait pas.

Aujourd'hui, la jeune femme avait décidé de rendre l'appareil aux Budd, en leur préparant une petite soirée chez elle, cette fois-ci. Bien qu'elle était un peu anxieuse de savoir la mère Budd dans la maison, ici même où sa mère était morte des années plus tôt, elle tentait de se rassurer, en se disant que rien de mal n'allait se dérouler ce soir. « Tout est sous contrôle ! » même quand rien n'était sous son contrôle, la jeune O'Hara tentait de se rassurer avec cette phrase, qu'elle se répétait sans cesse ! Le côté Russe de ses origines qui ressortait, avec la force de caractère qui l'accompagnait. Pour la première fois depuis longtemps, Zippora délaissa les plats surgelés pour préparer un vrai repas ! Elle ressorti donc les livres de cuisine que sa mère avait toujours gardé bien précieusement, dans le tiroir juste à la droite de l'évier, en-dessous de la petite caisse où elle mettait les centimes à chaque gros mots qui circulaient dans la maison « si seulement elle m'entendait aujourd'hui, elle me prendrait bien plus de fric que c'que j'ai ! » et un petit sourire ne put s'empêcher de naître au coin de ses lèvres à cette pensée.
Végétarienne, Zippora refusait de préparer quoi que ce soi à base de viande, même pour ses invités ! Elle avait donc été acheté des steaks végétariens « pas sûre qu'ils apprécieront le goût... » avant de chasser cette pensée d'un revers de la main. Après tout, les Budd la connaissaient par cœur et savait comment elle fonctionnait et ce qu'elle mangeait. Une fois le repas prêt, elle alla nettoyer le salon, la cuisine et toute pièce qu'ils pourraient visiter, referma la porte de sa chambre (en sacré bordel!) et retourna dans la pièce principale, regardant autours d'elle. Dans un peu moins d'une heure, ils seraient tout les trois chez elle, une anxiété qu'elle ne connaissait pas commençant à monter doucement...

A vingt-heure, le moteur d'une voiture réveilla Zippora de son petit somme. Les aboiements des chiens lui apprirent aussi la venue d'un visiteur et, quand elle alla ouvrir la porte d'entrée, grand sourire aux lèvres, elle eut la surprise de ne trouver que Terence Budd. Pas que ça lui déplaise, mais elle se demanda soudain ce qu'elle allait faire de toute la bouffe attendant dans sa cuisine.



© signature: unbreakable.
gifs: tumblr.
citation: Marc Levy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


pseudo : caribou
messages : 55
avatar : Harvey Newton Haydon
crédits : aeroplane
ville : lucieville

Age : 29

MessageSujet: Re: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    Sam 15 Déc - 15:41

Etendu sur son lit, son chien totalement avachi sur sa poitrine – il avait besoin de faire un petit régime, il commençait légèrement à être un peu lourd – Terence lisait un énième livre de littérature russe, une littérature riche, hypnotisante. A vrai dire, il n'était pas ce qu'on pourrait appeler un intellectuel, mais contrairement à ce que l'on pourrait croire il avait un intérêt certain pour la culture en général, la littérature en particulier. Et s'il ne voulait pas que Rhys le sermonne, il valait mieux qu'il se dépêche de lire ce livre pour le rendre in extremis à la bonne date, c'est-à-dire demain. Mais il n'y avait pas d'inquiétude à ce sujet : il dévorait le livre, ne laissant pas une miette de mots, de virgules, ses yeux passant d'une ligne à l'autre avec une rapidité incroyable. Il avait augmenter son débit de lecture en sachant que ce soir ils étaient invités chez Zippora, et qu'il n'aurait alors pas le temps de lire pendant la soirée, et qu'il rentrerait sûrement trop épuisé pour lire encore avant de dormir – son pêché mignon, il avait pris la mauvaise habitude de s'endormir la lumière allumée, le livre sur les genoux, parfois même encore habillé.

Le temps passait, et il avait été assez intelligent pour mettre en réveil afin de ne pas louper le dîner chez sa sœur – ou frère selon les jours – sachant très bien que ses parents allaient oublier cette petite sortie. Sa mère l'avait même une fois oublié dans un supermarché, plus rien ne l'étonnait avec eux … Quand le réveil sonna, il ferma son livre avec délicatesse le déposant sur sa table de nuit, pour ensuite faire boucher le gros tas de graisse qu'il avait sur sa poitrine et qui était trop bien installé pour bouger. « Clyde, bouge-toi ! Bordel t'es lourd ... » Sans faire dans la demie mesure, il poussa le chien sur son flanc, jusqu'à ce que celui-ci risque de tomber. Clyde, bête dans ses mauvais jours, mais ayant tout de même un éclair d'intelligence, ne se laissa pas propulser au sol, et sortit du lit par lui même, évitant ainsi coup et blessure. Terence sortit en trombe de sa chambre dévalant les escaliers qui séparaient son grenier au rez-de-chaussé.

Il ne trouva que son père, devant la télévision, absorbé par un match de rugby. Evidemment, ils avaient oublié le repas chez Zippo. « Eh ! Remus tes fesses, 'pa, on a un repas chez Zippo. » Le père Budd leva à peine les yeux de son écran. « Hein ? » Cet homme était d'une délicatesse à faire peur vraiment … « Tu sais, Zippora, la fille qui travaille au garage, ton fils adoptif … » Tout à coup, le père sembla se réveiller de son abêtissement – objet du crime : la petit boîte noire – il avait les yeux écarquillés, une expression horrifiée assez comique. « Merde, elle va nous haïr ... » Terence haussa un sourcil pas sûr de comprendre pourquoi la jeune fille allait les haïr. Certes elle n'était pas tendre parfois, mais tout de même … « Ta mère est allée à Charleston parce que ta grand-mère a hurlé qu'elle la voyait plus jamais, fallait qu'elle parte tout de suite pour éviter l'accident diplomatique. Et moi … Eh bien il y a ce match super important, je peux vraiment pas partir. Enfin, tu comprends Terry ... » Terence leva les yeux au ciel : l'addiction de mon père pour le rugby dépassait toute commune mesure, mais fallait faire avec. Il passa une main dans mes cheveux avant de soupirer : « Ok, c'est bon j'ai compris. Bon ba moi j'y vais, pour éviter l'accident diplomatique comme tu dis … Tu te rends compte qu'elle a du faire à manger pour nous ? Elle va vous haïr c'est sûr ... » Il ne put s'empêcher de ricaner face à la grimace de son père qui pourtant fut à nouveau obnubilé par la télévision alors que de grands cris sortaient de la petite boîte.

Terence sortit donc rapidement de la maison, devant se battre avec Clyde pour que ce dernier reste à l'intérieur. « Désolé vieux, mais très franchement, tu fais trop de bruit quand t'es là bas avec tous ces chiens et tu deviens chiant. » Sur ces belles paroles, il laissa donc son vieux frère chez lui et prit la voiture parentale – une vieille voiture d'un certain standing que son père avait rafistolé et avait fait de cette épave quasi une voiture de course – dédaignant sa belle moto qui pourtant n'attendait que lui. C'était surtout pour embêter son père, se vengeant de la part de Zippo – attitude puérile, il en avait bien conscience. Il lui fallut peu de temps pour être face à la maison de la jeune fille, il avait tellement l'habitude de la route qu'il roulait à une vitesse bien au-dessus de celle autorisée. Le goût du risque. Il gara la voiture avec précision, avant de se déplacer vers la maison, accueilli par le bruit joyeux des aboiements des petits de cette chère Zippora. Cette dernière ouvrit la porte, et Terence s'avança bien vite vers elle. Au lieu de lui donner un petit coup amical sur l'épaule comme il aurait fait avec n'importe quel garçon, il la serra dans une étreinte fraternelle. Il n'avait pas vraiment l'habitude de vraiment se comporter avec elle comme si elle était une fille, chose qu'elle était d'ailleurs, mais bon là, elle avait fait la cuisine, les attendait dans sa demeure, il ne pouvait pas dire que c'était un comportement de garçon.

« D'abord, te fâche pas, ok. Mais … Enfin, j'pense que tu l'as vu, mais on va manger en tête à tête, j'en ai bien peur. » Il lui fit un sourire faussement charmeur, surtout pour cacher sa honte. Ces deux vieux allaient en entendre parler encore longtemps ! « Et puis, t'inquiète pour la nourriture en trop, j'ai une faim de loup ! » Il la dépassa pour rentrer à l'intérieur et huma l'air. « J'espère que tu nous as fait quelque chose de bon, Cendrillon. » Il lui fit un sourire taquin avant de se pencher vers l'un des chiens qui lui mordillait gentiment le mollet. « Ouai, j'sais, mon jean est succulent. » Il caressa gentiment le chien avant de l'éloigner de lui, un peu moins gentiment.

(aheum ... c'est plus du retard là ... c'est ... c'est ... innommable. Je suis trop trop trop désolée '-')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


pseudo : Fanny - PetitePuce♥
messages : 80
avatar : Kristen Stewart
crédits : AVATAR: blueberry. ♣ GIFS: tumblr.
ville : Lucieville darling


MessageSujet: Re: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    Mer 19 Déc - 12:06

Comme elle aurait dû s'y attendre, notre cher Monsieur Budd avait ENCORE oublié le repas chez Zippora. Enfin, par « encore » elle n'entendait pas par là qu'elle faisait souvent des souper chez elle, mais que la plus part du temps, elle allait s'incruster dans la famille Budd, alors que tout était prévu et que, Monsieur avait toujours l'air surpris quand il voyait la jeune femme entrer chez lui... Bien qu'il l'accueil toujours le sourire aux lèvres ! Les Budd étaient des gens formidables, une famille comme Zippora avait toujours rêvée d'avoir et elle se sentait vraiment bien avec eux, que ça soi au boulot comme dans la vie privée.
Quand elle vit Terence, seul, arriver vers elle, la jeune femme compris qu'ils allaient tout deux passer la soirée ensemble. Pas que cela la dérange, loin de là ! Mais, elle pensait à tout les plats qui s'empilaient dans la cuisine de la maison familiale et elle se demanda comment elle allait faire... Elle détestait gaspiller et jeter de la nourriture, de plus, elle savait que ses chiens ne voudraient jamais des steaks végétariens ! Ils étaient bien au « dessus » de cela, ils avaient leurs petites habitudes, leurs plats favoris et la « fausse viande » n'en faisait résolument pas parti. Elle ne put s'empêcher de rire, quand il arriva l'air penaud « D'abord, te fâche pas, ok. Mais … Enfin, j'pense que tu l'as vu, mais on va manger en tête à tête, j'en ai bien peur »
« T'inquiètes pas pour ça ! Mais le père Budd va m'entendre lundi ! » elle lui fit un clin d’œil et referma la porte derrière lui. Comment pouvait-il penser qu'elle lui en voudrait ou qu'elle se fâcherait ? Certes, Zippora était un peu vexée, mais jamais elle ne pourrait s'énerver sur les Budd, surtout pas sur son 'faux' frère.
« Si t'aimes la viande végétarienne, tu seras aux anges ! » en voyant le regard de Terence, Zippora ne put s'empêcher de rire et se dirigea vers la cuisine, où finissait de préparer les dits steaks végétariens. Shans ('Chance' en Russe) sa petite spitz nain de cinq ans, qu'elle avait recueillie six mois plus tôt et qui était donc la dernière arrivée chez les O'Hara, vint se blottir dans les jambes de sa maîtresse, encore peureuse face aux 'étrangers'. Terence avait beau être ici comme chez lui, Shans avait encore dû mal à faire confiance aux personnes externe à Zippora. La jeune femme prit la petite boule de poils dans ses bras et revint vers Terence. « Si tu veux boire quelque chose, n'hésite pas ! Tu sais que tu es ici comme chez toi. » et elle voyait déjà en image la tête que sa tendre mère aurait fait, devant ce manque de courtoisie et l'aurait traitée d'hôte indigne ! Repoussant une nouvelle fois l'image de sa défunte mère, elle se concentra sur le présent, sur les personnes toujours en vie et qui faisaient toujours partie de sa vie. Et, devant l'insistance de Luke à attraper le jeans de Terence, Zippora ne put s'empêcher de rire, avant de le repousser du pied. « T'as la cote avec lui ! » souriante, elle l'invita à venir s’asseoir dans le salon avec elle. « Alors, qu'elle est l'excuse de tes parents, pour avoir oublier ce magnifique et incontournable repas ? »
Ouais, parce que Zippora en hôtesse, faisant le repas pour des personnes (même si s'était les Budd) ça restait un sacré exploit ! Mademoiselle qui était abonnée aux plats surgelés ou aux pizzas à emporter, ne se mettait presque jamais derrière les fourneaux, si ce n'était pour préparer les repas de ses chiens. Idem, elle prenait rarement la peine de ranger dignement la ferme O'Hara, entassant les objets qui traînait dans le débarras, situé au fond de la maison, donc loin des regards et de la possible curiosité de Madame Budd à savoir si tout était bien rangée là où il le fallait. D'ailleurs, en parlant de la dame, Zippora se rendit compte que son fils n'avait pas amené de dessert... elle avait donc aussi oublié de préparer une tarte ! Légèrement déçue, Zippora reporta tout de même son attention sur son invité, Shans toujours sur les genoux.


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


pseudo : caribou
messages : 55
avatar : Harvey Newton Haydon
crédits : aeroplane
ville : lucieville

Age : 29

MessageSujet: Re: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    Dim 23 Déc - 23:10

Je levais le regard vers Zippo'. S'il y avait bien une chose que nous partagions, c'était notre amour pour nos compagnons canins. J'avais presque de la peine à savoir que mon Clyde était resté à la maison, condamné à écouter les commentaires de mon père à propos du match. Triste sort. Je me promis de lui acheter une friandise pour me faire pardonner, il n'aimait pas rester enfermer toute une soirée à la maison. « Ouai, j'sais, j'dois dégagé quelque chose qui les charme. » Avant de m'asseoir près d'elle dans le salon, je me permis d'aller chercher une bière dans son frigo. Je l'ouvrais avec les dents, comme mon père me l'avait appris – très classe – puis je me laissais tomber sur le canapé, buvant à même le goulot.

« Alors, qu'elle est l'excuse de tes parents, pour avoir oublier ce magnifique et incontournable repas ? » Je me passais une main dans les cheveux, passablement gêné de devoir répondre à cette question, même si elle était incontournable, et normale. Après tout, elle avait du se démener pour nous faire un repas digne de ce nom et la moitié de la famille ne daignait même pas l'honorer de leur présence. Ca en aurait froissé plus d'une, pour sûr, et je trouvais que Zippora était bien clémente. Je haussais les épaules avec un petit sourire fataliste, avant de lui répondre. « Oh, comme d'habitude, t'sais, mon père et son match de rugby, et ma mère et ses soit disants problèmes avec la grand-mère. »

Heureusement que Zippora connaissait bien mes parents, sinon elle n'aurait sûrement pas compris que l'inconséquence de mes parents étaient tout sauf de l'indifférence. C'est juste qu'ils n'avaient pas consciences que le monde n'avait pas les mêmes priorités qu'eux. « 'fin, tu sais très bien que ça n'a rien contre toi, de toute façon. Tu les connais, ils sont juste … étourdis, ouai, c'est l'mot. » Je lui fis un petit sourire amusé. Leur attitude, je m'y étais fait, mais ça pouvait toujours troublé les autres. Ils étaient aussi tantôt totalement moulés dans la tradition de l'Amérique, tantôt excentriques au possible. Il fallait juste s'y faire, et être indulgent. « J'pense même que quand ma mère se rendra compte qu'elle a totalement oublié ton dîner, elle va faire des pieds et des mains pour se faire pardonner. J'sens que tu vas avoir le droit à une tarte tous les deux jours, si ce n'est tous les jours. 'fin, tant mieux quoi, d'un certain côté, qu'elle ait oublié. » Et je n'étais pas loin de la réalité, j'en étais sûr. C'est ce qui faisait que mes parents étaient la plupart du temps pardonner : ils savaient comment s'excuser. Ce qui est pas mal quand on enchaîne les bourdes.

« Ou alors, c'est la perspective de manger des steaks végétariens qui a effrayé mon père, vas savoir. » Je lui fis un sourire espiègle. Nous savions tous très bien quand venant ici, nous ne risquions pas de manger de la viande, mais à vrai dire, ce n'était pas vraiment un souci. Ma mère s'arrangeait toujours pour lui faire quelque d'autre quand Zippora venait manger à la maison. Personnellement, j'étais assez curieux de connaître le goût de ce steak végétarien. Après tout, si elle en mangeait, ça ne devait pas être si dégoûtant que ça. Et même si c'était dégoûtant, je n'allais pas me permettre de critiquer la cuisine de ma charmante amie, elle avait déjà le mérite de nous avoir préparer le dîner. Je buvais une gorgée de la boisson amère.
(tu plaisantes, ta réponse est très bien ! c'est la mienne qui est pourrie ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


pseudo : Fanny - PetitePuce♥
messages : 80
avatar : Kristen Stewart
crédits : AVATAR: blueberry. ♣ GIFS: tumblr.
ville : Lucieville darling


MessageSujet: Re: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    Mer 26 Déc - 19:38

Les parents Budd ! Au fil des années et en les côtoyant presque tous les jours : d'abord au garage et, avec le temps, en les voyant aussi en dehors de ses heures de travail, Zippora avait apprit à les connaître et à savoir comment ces deux personnes fonctionnaient. Bien qu'avec quelques défauts par-ci et par-là, comme le fait d'oublier des repas prévu quelques jours, voir quelques semaines plus tôt, la jeune femme ne pouvait jamais leur en vouloir longtemps ! D'ailleurs, elle ne leur en voulait jamais, mais faisait genre que 'si', histoire que Madame Budd lui fasse ses délicieuses tartes et que Monsieur Budd relâche un peu la laisse au garage pendant un jour ou deux. Non, vraiment, Zippora les adorait au maximum ! Ils avaient été là pour elle, quand elle avait perdue son père et avant cela aussi... D'abord à dix-huit ans, une fois son diplôme du lycée en poche et son refus obstiné de ne pas poursuivre des études, encore moins de se marier avec un type de Lucieville, malgré l'insistance de son paternel. Les Budd l'avaient accueillie les bras grands ouverts, sourires accrochés aux lèvres, sans la juger ni ses choix d'ailleurs... et rapidement, la jeune O'Hara s'était intégrée à cette famille des plus particulière, mais aussi extrêmement attachante ! D'ailleurs, Terence faisait partie des personnes qu'elle aimait le plus, ici. Directement, il l'avait accepté, sans sourciller, malgré son parcours peu commun -surtout pour une fille. Rapidement, un lien fort s'était créé entre eux deux et elle avait enfin cru trouver le frère qu'elle n'avait jamais eu. En plus de leur travail et d'un humour particulier, ils avaient aussi cet amour pour les animaux ou du moins, pour les chiens ! D'ailleurs, Zippora était tout de suite tombée sous le charme de Clyde et la boule de poiles l'avait accepté, comme tout le reste de la famille ! Il n'y avait donc rien à redire, elle adorait les Budd et elle bouderait jusqu'à ce que son ventre l'implore d'arrêter de manger les tartes de la mère Budd. « Oh oui, le rugby et la grand-mère... » cependant, Zippora ne su garder son sérieux et éclata de rire devant le regard gêné de Terence. « T'inquiètes pas ! Je vais juste faire celle qui est vexée et fâchée pour bénéficier des tartes de ta tendre mère, si tu n'y vois aucun inconvénient ! » bien que tout le monde, chez les Budd, savait que le ventre et la faim de Zippora avait toujours le dessus sur tout le reste ! C'était avec de la bonne nourriture, qu'on obtenait son pardon et son indulgence.
« Ou alors, c'est la perspective de manger des steaks végétariens qui a effrayé mon père, vas savoir. » ne pouvant s'empêcher de sourire, la jeune femme prit la direction de la cuisine, Shans toujours dans les bras, puis la posa sur le sol avant de se tourner vers son invité. « Je sais que les steaks végétariens ne sont pas facile à manger pour des carnivores » regard entendu vers lui et les trois monstres qui se pressaient à présent devant elle « mais, aucun morceau de viande ne passe le pas de la porte... Cependant, j'ai eu d'avance pitié de ton père et de toi, j'avais donc préparé des steaks aux légumes. Tu ne devras pas supporter le soja, mais à la place tu seras bien nourri avec de bons légumes » et elle ne put s'empêcher de rire devant la mine de Terence. Même si la politesse prenait le dessus sur tout, Zippora savait qu'il commençait à être sceptique, même si elle était convaincue que, jamais dans sa vie, il n'avait encore manger -ou même vu!- de steak pour végétariens. Sans vouloir être sadique, elle avait d'avance hâte de voir la tête qu'il allait faire...
« On passe à table quand tu le veux ! Tout est prêt. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Because I love you as a brother! ♣ Terence BUDD.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the Love Juke Box
» Spanish is the Love Tongue
» Beecher Ray Kirby, Bashful Brother Oswald, Pete Kirby
» brother in arms
» [Italie] "Love and Death" utilisée durant le match de foot Allemagne-Argentine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHADY WATERS :: LUCIEVILLE :: FERMES-